Festival d'Avignon : 9 lieux du In désinfectés aux UV-première mondiale - DTS - Solutions de désinfection UVC
Sélectionner une page

Afin de promouvoir cette première mondial, le journal La Provence nous a fait l’honneur de rédiger un article sur la collaboration entre le Festival d’Avignon et la startup DT Solution.

Le Festival est le premier à faire confiance à la technologie

de la start-up DTS, créée par deux Avignonnais

Au début de l’histoire, il y a deux Avignonnais. Mattéo Boso et Adam Jelila ont lancé il y a moins d’un an
leur start-up DTS, pour “Désinfection-Technologie-Solution”. Leur pari : faire confiance à des lampes à
UV-C pour éradiquer virus et bactéries.

Peu coûteuse et écologique, la technologie existe depuis plus de 30 ans. Tous deux issus du monde du
théâtre, ils ont cherché à l’adapter aux salles de spectacle. “L’idée de départ était de trouver une solution
à la fermeture de nombreux lieux durant la pandémie, explique Mattéo Boso, président de la société. La
seule existante pour les salles de spectacle était chimique. Or, désinfecter une grande salle est long et
coûteux. Avec la lumière UV-C, c’est plus rapide, plus écolo et ça ne nécessite aucune main-d’oeuvre.”

Avignon renoue avec son festival, en gardant un oeil sur le

Covid

En clair, les deux associés installent de petits projecteurs de lumière bleue aux quatre coins des salles de spectacle. Tous sont contrôlés depuis un boîtier et une tablette tactile afin de lancer et d’arrêter le système en un clic. Des détecteurs de mouvement et d’ouverture de portes sont aussi installés afin de s’assurer que personne ne se trouve à l’intérieur pendant la désinfection.

“Les lumières ne sont pas cancérigènes mais quelqu’un qui y serait exposé pendant 5 à 10 minutes risquerait de se provoquer des érythèmes ou une conjonctivite

Mattéo BOSO

Fondateur de DTS

5 à 10 minutes pour vaincre le virus

La technologie est entièrement adaptable. Les deux fondateurs de DTS règlent donc la puissance de
leurs projecteurs en fonction de la virulence du virus et du temps nécessaire pour l’éradiquer. Dans le cas du Covid-19, les UV-C travaillent de cinq à dix minutes par lieu pour totalement le désinfecter. “Aucun pathogène existant ne résiste aux UV-C, poursuit Mattéo Boso. En cas de nouveau variant, il suffira d’adapter la technologie. En cas de nouvelle pandémie, la solution sera immédiate. On ne pourra pas éviter un cluster, on pourra l’empêcher de se propager, notamment pour les spectateurs suivants s’installant dans la salle.”

C’est lors d’une réunion du réseau d’entrepreneurs de la French Tech que les Avignonnais rencontrent les
équipes du Festival d’Avignon : “Quelque temps après, ils nous ont dit qu’ils étaient partants pour tester
notre technologie ! C’est une première mondiale. L’opéra de Madrid a testé la lumière UV-C en juillet 2020
mais aucun festival n’avait encore fait ce choix.”

Festival Off à Avignon : Camille Claudel, Stefan Zweig et

Constance Mayer au théâtre “Les trois raisins”

Neuf lieux du In ont ainsi été équipés : le gymnase du lycée Aubanel, celui du lycée Mistral, le lycée Saint-Joseph, le théâtre Benoît XII, l’Opéra Confluence, la Chapelle des Pénitents blancs, le château de la Barbière, la FabricA, à Avignon, et l’Autre Scène, à Vedène. DTS équipera également un lieu du Off, le théâtre des Doms, géré par la région Wallonie.

À la FabricA, l’expérience va même durer post-Festival, avec une installation permanente. De quoi tester
la technologie dans la durée, afin de la développer à terme dans d’autres lieux. D’autres essais sont déjà
en cours dans les hôpitaux où la lumière UV-C serait efficace contre toutes les maladies nosocomiales.”Si
on prend l’exemple d’une chambre d’hôpital de 25 m2, une lampe a une durée de vie de 108 000 désinfections, détaille Mattéo Boso. De qui économiser 27 000 litres de javel et 21 000 €.”